Etude sur l’azote et le développement de l’agriculture biologique

Pour satisfaire la demande alimentaire mondiale par l’expansion de l’agriculture biologique, une des limites est la ressource en azote dans le sol, indispensable à la croissance des plantes. Une équipe de recherche d’INRAE et de Bordeaux Sciences Agro a développé un modèle simulant, à l’échelle mondiale, l’offre et la demande en azote des cultures, en fonction de différents scénarios de développement de l’agriculture biologique : scénarios de 20, 30, 40 %… jusqu’à 100 % des cultures mondiales en agriculture biologique. Leurs résultats, publiés le 13 mai dans Nature Food, montrent que le déploiement mondial de l’agriculture biologique peut être limité par la disponibilité en azote. Ils montrent également que, pour être soutenable, il doit s’accompagner d’une transformation des systèmes d’élevage (importance de l’élevage pour le fumier, mais nécessité de limiter la compétition avec des aliments utilisables par les humains), d’un rééquilibrage de l’alimentation humaine (diminution des calories consommées dans les pays développés et augmentation dans les pays en voie de développement) et d’une baisse importante du gaspillage alimentaire.

En agissant sur ces points, il serait possible d’augmenter la part de l’agriculture biologique mondiale jusqu’à 60 % au moins, tout en répondant à la demande alimentaire mondiale. Les scientifiques explorent actuellement d’autres pistes pour développer l’agriculture biologique, comme l’augmentation de la part des cultures de légumineuses.

Référence : Pietro Barbieri, Sylvain Pellerin, Verena Seufert, Laurence Smith, Navin Ramankutty, Thomas Nesme. Global option space for organic agriculture is delimited by nitrogen availability. Nature Food 2021 DOI : 10.1038/s43016-021-00276-y

Lien vers le communiqué de presse : https://www.inrae.fr/actualites/lazote-element-cle-developpement-lagriculture-biologique

Source(s) : Communiqué de presse INRAE
17 mai 2021