La bio au salon CFIA de Rennes : Miser sur la proximité
1,15 €
Auteur : RIPOCHE Frédéric
Revue : BIOFIL ( ), N° 141 | p. 14-16
Editeur : EDITIONS FITAMANT
Le Carrefour des fournisseurs de l’industrie agroalimentaire (CFIA) s’est tenu du 8 au 10 mars 2022, à Rennes. Un pôle réservé à l’agriculture biologique a réuni, pour la seconde fois, une quinzaine d’entreprises. Cet article apporte des informations sur les productions et la gestion des approvisionnements de trois d’entre elles : l’Ufab, la Minoterie Suire et Biolintec. L’Ufab (Union française d’agriculture biologique) est une filiale de la coopérative Le Gouessant. Une part de sa production est destinée à l’alimentation humaine. Depuis deux ans, elle travaille sur une gamme d’ingrédients végétaux (protéines, amidons et fibres), à base de pois et de fèves, qui offrent des applications culinaires en fast-food, sauces, tartinades, etc. Les approvisionnements ont été difficiles en 2021 suite à des récoltes catastrophiques. L’objectif est de multiplier par dix les volumes de pois et de féveroles transformés d’ici sept ans. La Minoterie Suire fait quant à elle partie des moulins pionniers de la bio (depuis 1979). Actuellement, 90 % de sa production est bio. Une partie de son blé bio est également certifié Agri-Ethique : la plupart des achats passent par des contrats pluriannuels avec des volumes fixes et des fourchettes de prix minimum et maximum. Le moulin s’est rapproché du Gabb Anjou et de Florent Mercier (producteur bio) pour proposer de la farine issue de blé population. La Minoterie Suire propose ainsi des séries limitées de farine. Biolintec, précurseur en protéines de soja texturées, produit également des huiles à base de tournesol et de soja. Pour s’approvisionner en matière première de qualité, l’entreprise passe par des organismes stockeurs et des coopératives, mais a mis également en place des contrats tripartites ou quadriparties directement avec des producteurs, sur plusieurs années.